Lucette galère

En guise de préambule :

Lucette et Bô-mec ont tous les deux déjà su se reproduire, chacun de leur côté. En témoigne la Moutarde de Bô-mec, conçue en C4. Et une IVG pour Lucette conçue en C1 (on va dire ça comme ça…). Autant te dire qu’ils y croient à fond, à leur descendance. Jamais, jamais, ô non jamais, ils n’ont pensé un seul instant entrer dans la catégorie des hypofertiles secondaires… Jamais.

Septembre 2011 : bazardage de la pilule. Ils décident de se lancer maintenant, alors qu’ils avaient dit qu’ils attendaient le printemps. Mais là, tu comprends, ça commence à cailler, on est bien sous la couette…

Ah ah ah…

Décembre 2011 : Lucette consulte Dr. B. parce que 1/ elle n’est pas enceinte ; et 2/ elle a de grosses douleurs à l’ovaire droit. Dr. B. fait son internat, elle est très gentille, mais faut un peu faire le boulot à sa place : pendant l’examen, elle soutient à Lucette qu’elle n’a pas de kyste à l’ovaire. Lucette insiste, Dr. B. plie et lui fait une ordonnance.

Janvier 2011 : Échographie pelvienne et endovaginale chez Dr. L.

Dr. L. est une femme, Dr. L. est une pro, Dr. L. est fantastique. Toutes les femmes devraient avoir une Dr. L. près de chez elle.

L’échographie montre un utérus antéfléchi, antéversé, médian et de contours réguliers. Complètement banal, quoi.

L’échographie révèle également un endomètre de 7mm à J8. Complètement normal, quoi.

L’échographie révèle également un kyste, vraisemblablement d’origine fonctionnelle, sur l’ovaire droit (et paf pour toi, Dr. B.) mais de très petite taille et n’empêchant en rien une ovulation.

Bilan : nouveau contrôle dans un mois. Pas d’inquiétudes à avoir.

Février 2012 : nouvelle échographie. Le kyste a disparu. À J7, tout est normal, y compris les formations folliculaires, tant en nombre qu’en dimension.

Bilan : pas de nouveau contrôle, tout est normal.

Juin 2012 : Dr. B. part finir son internat à Paris. Lucette se rabat chez Dr. C. Grand bien lui en fasse : Dr. C. est bienveillante, sérieuse, consciencieuse et à l’écoute. Vu les antécédents de Lucette, Dr. C. lui demande de faire une hystérosalpyngographie. Et un bilan hormonal à J3 et J22. Un écoulement au sein lui fait par ailleurs suspecter un taux anormal de prolactine, la prolactine jouant un rôle dans l’ovulation.

Bilan hormonal à J3 :

  • FSH : 7.79 pour une valeur de référence entre 3 et 20 UI/l. Donc, ça va.
  • LH : 7.3 pour une VR entre 2 et 15 UI/l. Ok.
  • 17 béta oestradiol : 39 pour une VR entre 40 et 190 pg/ml.
  • Prolactine : 22.8 pour une VR inférieure à 29.1 microg./L
  • Testostérone : 0.31 ng/ml et 1.07 nmol/L. Les valeurs de références sont entre 0.10 et 0.70 ng/ml et 0.32-2.40 nmol/L.
  • Androstènedione delta 4 : 1.70 ng/L pour une VR comprise entre 0.70 et 3.50 ; et 5.94 nmol/L pour une VR entre 2.44 et 12.22.
  • AMH : 4.30 ng/l pour une VR entre 2 et 6.8 (30.70 pmol/L pour une VR qui va de 14.28 à 48.55)

Conclusion : c’est très bon car somme toute très normal. Et Lucette a une réserve ovarienne de jeune fille bien qu’elle ait désormais 31 ans.

La prise de sang à J22 (progestérone) est d’une banalité affligeante : pile poil dans la moyenne.

Mais Lucette n’est toujours pas enceinte.

Toujours en juillet, Lucette passe sur la table de l’HSG et retrouve donc Dr. L. Toujours parfaite, Dr. L. Elle engueule quand même un peu Lucette quand celle-ci lui apprend qu’elle est allée voir sur le net à quoi ressemblait l’HSG. Dr. L. prend 5 minutes pour tout lui ré-expliquer.

Bilan de l’HSG : tout est normal.

Mais Lucette n’est toujours pas enceinte.

Tous les résultats sont transmis à Dr. C. qui, en retour, adresse une ordonnance à Bô-mec : it’s your turn, man, go pour le spermo.

Passons sur le délai entre la réception de l’ordonnance et le moment où Bô-mec consent enfin à faire ce foutu examen.

Août 2012 : voilà, ça fait un an…

Septembre 2012 : le spermogramme de Bô-mec est (très) bon.

  • 62% de formes typiques
  • une numération de 216
  • une mobilité de 78% après une heure et de 69% après trois heure.

Mais Lucette n’est toujours pas enceinte.

Lucette décide de laisser tomber temporairement les examens médicaux pour se consacrer à sa thèse.

Décembre 2012 : Lucette a désormais 32 ans. Lucette n’est toujours pas enceinte. Lucette a fini sa thèse. Lucette a RDV avec Dr. C. le 7 janvier. Lucette en a marre. Bô-mec avait promis que ce n’était que psychologique et le stress de ses aléas familiaux une fois passés, ça marcherait. Mais ça ne marche pas.

Janvier 2013 : Lucette retourne chez Dr. C. Dr. C. est bien emmerdée par la non-grossesse de Lucette. Ça fait quand même 17 mois, quoi. Elle reprend tous les comptes-rendus d’examen : tout est parfait. « Malheureusement, parfois, ça ne marche pas et on ne sait pas pourquoi ». Dr. C. propose un test post-coïtal en période ovulatoire (le fameux test de Hühner). Le test se fera à son cabinet, elle fera elle-même le prélèvement et l’analyse. C’est toujours ça de gagné. À charge pour Lucette de surveiller son ovulation au moyen des tests d’ovu qu’on trouve dans le commerce et qui sont jugés suffisamment fiables par Dr. C. pour cibler l’ovulation de Lucette et, donc, le rapport nécessaire au test.

Toujours en janvier 2013 : le test d’ovulation passe positif à J15. Au petit matin du J16, Lucette retourne chez Dr. C. pour le test de Hühner. Le test foire (lame de prélèvement explosée en mille morceaux). Lucette est bonne pour le repasser, mais dans un vrai labo cette fois. Un labo de PMA. Le cycle prochain, si prochain cycle il y a (ne soyons pas défaitistes !), on démarre les stimulations : Gonal75 de J3 à J12 ; écho folliculaire à J12 ; avis de Dr. C. et déclenchement de l’ovulation par Gonado entre J12 et… selon la taille et le nombre des follicules. Et un nouveau test de Hühner à J15.

Lucette refuse de subir un nouveau Hühner, quand bien même ce serait dans une clinique PMA.

Lucette n’arrive pas à franchir le pas et ne démarre pas les stims.

Lucette est bloquée. Où, ça par contre, on ne sait pas trop.

Lucette reprend RDV chez Dr. C.

Mars 2013 : RDV chez DR. C. Bien entendu, Lucette n’est toujours pas enceinte. Par contre, Lucette vient de soutenir sa thèse. Peut-être que ça pourrait débloquer quelque chose, va-t-en savoir ?? Le précédent RDV s’était mal passé, aussi bien pour Lucette que pour Dr. C. Depuis, Lucette a remis les choses en ordre dans ces ordonnances qu’elle avait eu l’impression de soutirer. En fait, Lucette veut être au maximum autonome dans sa stim, aka ne pas dépendre d’une infirmière. Donc, c’est niet pour le Gonado en intra-musculaire : elle veut de l’Ovitrelle. Dr. C. est OK. Elle ajoute une ordonnance pour les dosages d’œstradiol à J8 et J11, et une ordonnance pour un cycle d’écho folliculaire avec une 1ère endovaginale à J11.

Dr. C. s’inquiète cependant de l’état de fatigue et de la minceur de Lucette. Dr. C. sait que Lucette vient de soutenir sa thèse, ensemble elles conviennent de se donner un mois pour tâcher de récupérer un peu.

Avril 2013 : Lucette se rend chez l’ostéopathe. Officiellement pour remettre en place son dos, très largement malmené par le temps passé devant un ordinateur, et évacuer les tensions. Officieusement, pour « faire quelque chose pour cette foutue hypofertilité inexpliquée ». L’osthéo fait du bon boulot pour le dos de Lucette (cette nuit-là, elle s’écroulera de sommeil à 22h…), et commence à bosser sur l’utérus de Lucette, tout en lui confiant qu’il trouve que démarrer des stimulations juste après une soutenance de thèse (encore elle, tiens…), c’est un peu tôt. Il remet néanmoins le bassin de Lucette et tout ce qui se trouve à l’intérieur, en place. Et demande à Lucette de le tenir au courant de sa reproduction.

Fin mai 2013 : C’est le 22e J1. Celui qui fait déborder le verre. Le Gonal et l’Ovitrelle sont dans le frigo. Lucette démarre les stims à J3. 75 de Gonal. Finger in the noose, la piquouze. RDV pris pour l’écho à J11. Lucette se fait confirmer que son ordonnance vaut bien pour tout le cycle, et pas seulement pour la 1ère écho.

Voilà. On est dedans. Dedans la PMA.

Le jour de la PDS d’oestradiol à J8, Lucette apprend que Dr. C. est en arrêt maladie. Et ne reviendra pas. Lucette poursuit néanmoins la stimulation en croisant les doigts pour que Dr. A. – collègue de Dr. C. – accepte de prendre le relais pour le déclenchement.

Échographie à J11 : endomètre top qualité, 1 unique follicule de 20mm, un taux d’oestradiol acceptable : Dr. A. donne le feu vert pour déclenchement.

Mais le J1 arrivera 16 jours après l’injection d’Ovitrelle.

À l’annonce du départ de Dr. C., Lucette s’est prise par la main pour appeler la Clinique Murielle, clinique PMA de sa ville. Les stimulations à l’arrache avec une gynéco de ville, jongler entre le labo, le centre d’écho, et les RDV au cabinet de Dr. C. / Dr. A. ajoute au stress de la PMA des soucis inutiles.

1er juillet 2013 : RDV à la Clinique Murielle où nous faisons connaissance avec Dr. M. qui sera chargée de notre suivi. Elle reprend tout notre parcours, lit les comptes-rendus de nos examens…. et ne trouve rien à y redire, si ce n’est que le Bô-mec doit refaire un spermo, que nous ne couperons pas au Hühner, et que nous devons faire chacun nos sérologies. Dr. M. parle d’infertilité de couple, témoignant du fait que notre fertilité respective et le fait que nous ayons chacun été capable de nous reproduire séparément ne garantit en aucun cas le fait que nous y parvenions ensemble… Nous sommes mis dans le bain direct : on doit déjà commencer à réfléchir aux IAC.
Si le J1 de juillet n’arrive pas trop tard, on retente une stimulation avant la fermeture du centre PMA pour les congés d’été.

Courant juillet 2013 : stimulation simple, Gonal 75 à partir de J5. Monito d’ovulation à J9 : tout est parfait, un endomètre de plus de 10mm et un follicule de 17mm. Déclenchement à J10, et test de Hühner à J12 le matin de l’ovulation.Bilan catastrophique : 100% de spermatozoïdes sont immobiles.
La terre s’effondre. On est reçu entre deux RDV par Dr. M. : on enchaîne directement sur les IAC à la rentrée. Évidemment, la PDS des B-HCG post-stimulation sera négative.

Septembre 2013 : mariage en plein protocole de l’IAC1. Le Gonal en robe de mariée avec la témoin enceine de 7 mois qui me tient le jupon sera un souvenir mémorable. Évidement, c’est négatif.

Novembre 2013 : IAC2. Évidemment, c’est négatif.

Janvier 2014 : RDV de Bonne année avec le Dr. M. Le temps passe, j’ai eu 33 ans à la fin de l’année 2013 et le Bô-mec vient d’en prendre 36. Dr. M. souhaite partir sur une FIV. Je freine des pieds, le Bô-mec pleure. On décide de s’inscrire à la réunion d’informations obligatoires, et pour faire passer le temps, on tente une ultime IAC.

Fin janvier 2014 : c’est positif. Putain, c’est pas trop tôt.

Début février 2014 : fausse-couche. Joie et bonheur.

Février 2014 : investigation de mon utérus en mode hystéroscopie à la recherche de synéchies, conséquence possible de l’IVG. L’examen sera complètement normal, ouf. Par contre, si on pouvait, la prochaine fois, éviter de le faire seulement quelques jours après une fausse-couche, ce serait chouette : ma muqueuse utérine, gonflée à bloc, a grave morflé. J’ai hurlé, j’ai pleuré, la gynéco n’a rien lâché.

Toujours en février 2014 : point hémato au CHU concernant ma mutation du facteur V et mes antécédents de thrombophlébite du bras gauche et de ma résistance aux AVK.

Mars 2014 : lancement du protocole court antagoniste pour la FIV1. Gonal + Cétrotide + Ovitrelle, on ne change pas une équipe qui gagne. Ponction sous AG de 8 ovocytes matures. 7 seront fécondés. Deux sont transférés à J2. Trois sont congelés.

Avril 2014 : évidemment, c’est négatif. On enchaîne sans pause sur un cycle substitué à coup de Provamès en vue d’un TEV.

02 mai 2014 : TEV de deux embryons congelés à J2.

15 mai 2014 : c’est positif. Vu l’expérience de février, nous préférons arrêter de respirer plutôt que de nous réjouir. Les deux PDS suivantes réalisées à 48 heures d’intervalles montrent un taux qui doublent normalement. On commence à respirer.

Publicités

7 Réponses to “Lucette galère”

  1. Nathalie Lecoq 17 janvier 2013 à 012 58 #

    Bonjour et courage Lucette,
    j’ai « utilisé » duphaston pr faire revenir un retour de couche trop tardif suite à une IMG ;-( puis clomide pr stimuler l’ovulation et enfin piqure de gonadotrophine chorionique prescrite pour assurer la libération de l’ovule proprement dit, donc pour activer l’ovulation effective pendant 6mois……..résultat
    => DES JUMEAUX !!!!! Garçon / Fille

  2. Zapppp 5 février 2013 à 1604 01 #

    J’aime bcp ton blog, et tous les jours je viens vérifier si un nouvel article n’aurait pas pointé le bout de son nez ! Et tout pareil que toi j’ai commencé en août 2011, tous les tests sont parfaits ( mais voilà, Zapppp n’est pas enceinte, lol ) , sauf le test de Huhner, qui n’est pas au top. Iac 1 prévu pour février !

  3. mrsf974 13 mars 2013 à 2311 35 #

    Bonsoir Lucette,je découvre ton blog et je prends beaucoup de plaisir à le lire!
    Bn courage et a très bientôt 🙂

  4. prinouque 1 janvier 2014 à 2210 36 #

    Lucette voilà plus d’une heure que je pleure en riant. Tu as retourné tout mon cerveau, pas merci. j’ai envi de t’envoyer des cœurs, du rhum. Mais putain, j’ai oublié que je lisais un blog, oui vraiment, c’est comme si j’étais dans mon pieu avec mon livre de l’année, celui qu’on ne veut pas lâcher ni finir. Tu écris mieux que ceux qui remportent le Goncourt. Mais voilà, je te souhaite de le finir ce blog.
    Prinouque

  5. claudine 20 mars 2014 à 1010 33 #

    Je te souhaite beaucoup de courage pour la suite de ton parcours, courage dont tu ne manques pas. il semble qu’on a plusieurs points communs dans cette galère, comme je te comprends. Je suis en attente du résultat de l’IAC 2 et si négatif on enchaine sur IAC 3, puis passage obligatoire par hystéroscopie et biopsie (j’ai peur !) avant de passer en FIV…les boules. Plein de courage et que cette putain de roue tourne, merde !!!!

  6. Carotte 8 juillet 2014 à 1402 56 #

    C’est à ne rien y comprendre! Comme vous avez du tomber des nues! Je vais parcourir ton blog pour avoir la suite car ce post s’arrête à il y a un an…

    • Lucette 8 juillet 2014 à 1907 42 #

      C’est vrai, toutes mes confuses : il faut que je le mette à jour.

Sois pas timide !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :